Remplissez le formulaire pour demander à Qantas une indemnité

Selon la réglementation de l’UE, chaque fois que votre vol Qantas à destination ou en provenance de l’Europe est retardé de plus de 3 heures ou annulé moins de deux semaines avant la date de départ, vous pourriez avoir droit à une indemnité de vol jusqu’à 600 € par passager.

Quels sont les droits que vous puissiez défendre en cas de retard de vol?

Les retards de vol peuvent être dus à de nombreuses raisons: des conditions météorologiques incompatibles avec la navigation, aux problèmes techniques inattendus dans l’avion, aux problèmes de sécurité et aux grèves qui affectent le trafic aérien. Connaissez vos droits dans ces situations.

Le règlement (CE) 261/2004 du Parlement européen et du Conseil, établit que les passagers dont les vols ont un retard d’une certaine durée en fonction de la distance à parcourir auront droit à l’information, à l’attention et au remboursement de leur billet ou transport alternatif. De même, et conformément à un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 19 novembre 2009, ils auront droit à une compensation financière.

L’assistance à laquelle vous avez droit varie en fonction du temps de retard, de la distance parcourue par le vol et de son caractère intra-communautaire ou extra-communautaire. Il ne faut pas oublier que le droit aux soins peut être limité ou refusé si ces soins entraînent un retard supplémentaire.

Les tableaux suivants présentent un résumé des droits en fonction du délai:

Droite

0-2h 2-3h 3-4h 4-5h 5h

Droit à l’information

non

Oui

Oui

Oui

Oui

Droit au remboursement

non

non

non ne pas

Oui

Droit à l’attention (prise en charge)

non

oui oui Oui

Oui

Compensation

non

non

oui

***

Oui

Droit d’information

Lorsqu’un vol Qantas est retardé d’au moins 2 heures , la compagnie aérienne sera tenue de fournir aux voyageurs concernés un formulaire indiquant les règles d’indemnisation et d’assistance. S’il n’est pas fourni, veuillez en faire la demande.

De même, la compagnie aérienne doit afficher une publicité avec le texte suivant au comptoir d’enregistrement, clairement visible par les passagers et les passagères:

En cas de refus d’embarquement, d’annulation ou de retard de votre vol de plus de deux heures, demandez au comptoir d’enregistrement ou à la porte d’embarquement le texte qui contient vos droits, notamment en termes d’indemnisation et d’assistance.

La compagnie aérienne doit vous fournir les informations en utilisant les moyens alternatifs appropriés dans le cas des personnes aveugles ou malvoyantes.

Droit de remboursement

Lorsqu’un vol desservi par Qantas est retardé de 5 heures ou plus et que le voyageur décide de ne pas voyager, il aura droit à un remboursement du prix total du billet au prix auquel il a été acheté, correspondant à la partie du voyage non effectuée et à la partie du voyage effectuée. si le vol n’a plus de raison d’être. De plus, le cas échéant, un vol de retour vers le premier point de départ doit être facilité dans les plus brefs délais. Le remboursement doit être effectué dans un délai ne dépassant pas 7 jours, et peut être effectué en espèces, par virement bancaire électronique, virement bancaire, chèque ou, avec un accord préalable signé par le passager, des bons de voyage ou d’autres services.

Droit d’attention

Si le voyageur est affecté par un retard de:

– 2 heures ou plus pour tous les vols d’au moins 1500 km, ou
– 3 heures ou plus pour tous les vols de plus de 1500 km et tous les autres vols entre 1500 et 3500 km, ou
– 4 heures ou plus sur les vols non inclus dans les sections précédentes,

La compagnie aérienne offrira à la personne voyageant:

– Suffisamment de nourriture et de rafraîchissements , gratuits , selon le temps d’attente.

– Deux appels téléphoniques gratuits, messages télex ou fax ou e-mails .

– Lorsque l’heure de départ prévue est au moins le jour suivant l’heure précédemment annoncée, l’ hébergement à l’hôtel gratuitement dans les cas où il est nécessaire de rester une ou plusieurs nuits ou le cas échéant un séjour supplémentaire que prévu par le passager.

La compagnie aérienne portera une attention particulière aux besoins des personnes à mobilité réduite et de leurs accompagnateurs, ainsi qu’aux besoins des mineurs non accompagnés.

Droit à une compensation économique

Ce droit n’est pas inclus dans la directive 261/2004 en raison de retards, cependant la Cour de justice de l’Union européenne a rendu un arrêt par lequel ce droit peut être utilisé pour certains cas de retard. Lorsque le voyageur arrive à la destination finale 3 heures ou plus après l’heure d’arrivée initialement prévue par la compagnie aérienne et que la cause du retard n’est pas extraordinaire, il peut exiger une compensation comprise entre 250 et 600 euros (en fonction de la distance et que le vol soit intracommunautaire ou non).

Cependant, et en vertu de la sentence de la Cour européenne de justice du 4 octobre 2012, il est prévu:

– Que la notion de refus d’embarquement doit être interprétée en ce sens qu’elle se réfère non seulement au refus d’embarquement dû à des situations de surréservation, mais également au refus d’embarquement pour d’autres raisons, telles que des raisons opérationnelles.

– Que la survenance de circonstances extraordinaires conduisant Qantas à réorganiser ses vols ultérieurs ne peut justifier un refus d’embarquement sur lesdits vols ultérieurs ou exempter ledit transporteur de son obligation d’indemniser le passager qui se voit refuser l’embarquement sur l’un de ces vols opérés après de telles circonstances.

Par conséquent, il y aurait un droit à une indemnisation découlant de circonstances exceptionnelles, comme une grève, lorsque l’embarquement est refusé sur des vols opérés après la circonstance exceptionnelle susmentionnée, c’est-à-dire sur des vols reprogrammés ou des changements de vol résultant des circonstances. exceptionnel (refus d’embarquement sur un vol reprogrammé).

Si une personne va prendre un vol et qu’il s’avère qu’il est annulé pour des raisons de grève et qu’il est reprogrammé pour une autre fois, dans ce vol reprogrammé, il ne pourra pas refuser l’embarquement, et s’il lui est refusé pour des raisons opérationnelles ou commerciales, ou des dérivés Dans des circonstances exceptionnelles, vous pouvez réclamer les droits d’indemnisation correspondants définis dans le règlement (CE) 261/2004 du 11 février.

Si une personne va prendre un vol pour lequel elle a sa réservation, et qu’il s’avère qu’elle se voit refuser l’embarquement au motif qu’il n’y a plus de sièges en raison du report du vol, tout cela dérivé de circonstances exceptionnelles, elle peut également revendiquer les droits compensation correspondante incluse dans le règlement (CE) 261/2004 du 11 février.

Selon l’arrêt de la Cour européenne de justice du 26 février 2013 , il existe un droit à une indemnisation pour la personne voyageant sur un vol avec correspondances, qui a subi un retard de départ inférieur aux seuils établis dans le règlement européen 261. / 2004 (c’est-à-dire moins de 3 heures après quoi il existe déjà un droit à indemnisation en vertu de l’arrêt de la Cour européenne de justice du 19 novembre 2009), mais qui a atteint sa destination finale avec un retard égal soit à plus de 3 heures de l’heure d’arrivée prévue, étant donné que ladite indemnité n’est pas subordonnée à l’existence d’un retard au départ.

Par exemple:

– Une personne a un vol Séville – Chicago, avec des correspondances entre Madrid et Londres.

– Le vol initial Séville – Madrid quitte Séville avec un retard de 2 heures et demie, temps insuffisant pour que la personne puisse prétendre à une indemnisation.

– Mais à cause de ce retard de 2 heures et demie, vous perdez la correspondance Madrid-Londres, vous arrivez donc à votre destination finale (Chicago) à 11 heures d’écart de l’heure d’arrivée prévue.

Dans ce cas, et en vertu de l’arrêt de la Cour européenne de justice du 26 février 2013, le droit à l’indemnisation correspondrait (qui oscille entre 250 et 600 euros selon la distance et si le vol est intracommunautaire ou non), pour avoir atteint la destination finale avec un retard égal ou supérieur à 3 heures, que le vol initial ait eu ou non moins de 3 heures de retard.

En outre, le droit à l’indemnisation établi par le parlement européen, qui établit la responsabilité des compagnies aériennes telle que Qantas, à condition qu’elles n’aient pas adopté les mesures raisonnablement nécessaires pour éviter le dommage ou qu’il soit impossible d’adopter ces mesures (le désavantage de cette La manière est que toute compensation qui est demandée en vertu de cet accord, si la compagnie aérienne ne répond pas à la réclamation précédente ou n’est pas d’accord avec elle, doit être faite par les tribunaux, avec les frais que cela entraîne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code